Etude de la CRPM : Le Royaume-Uni va perdre 13 milliards d’euros de fonds régionaux après le Brexit

/, Cohésion/Etude de la CRPM : Le Royaume-Uni va perdre 13 milliards d’euros de fonds régionaux après le Brexit

Une nouvelle étude de la Conférence des Régions Périphériques Maritimes (CRPM) affirme que le Royaume-Uni, s’il reste dans l’Union Européenne, bénéficierait d’environ 13 milliards d’euros de fonds de développement régional pour la période 2021-2027.

La CRPM a publié une estimation de la répartition des fonds de la politique de cohésion de l’UE pour ses Régions membres, incluant celles du Royaume-Uni.

Cette estimation, basée sur la méthode d’allocation des fonds FEDER et FSE+ de la Commission européenne, indique que les régions et nations britanniques auraient droit à une majoration de 22% pour la période 2021-2027, par rapport à l’allocation de 10,6 milliards d’euros alloués pour 2014-2020.

Cette augmentation s’explique en grande partie par le fait que de nombreuses régions du Royaume-Uni se situent en dessous de la moyenne de l’UE en termes de croissance régionale.

D’après la simulation de la CRPM, Cornwall & the Isles of Scilly et West Wales & the Valleys, les deux régions du Royaume-Uni actuellement catégorisées dans les « régions moins développées » selon les règles de la Commission européenne, devraient encore recevoir une importante part de crédits britanniques au titre de la politique de cohésion.

Les régions du South Yorkshire, de Tees Valley & Durham et du Lincolnshire sont par ailleurs sur le point de basculer dans la catégorie « des régions moins développées » pour la période 2021-2027. Ces cinq régions pourraient bénéficier d’une aide de l’UE supérieure à 500 euros par habitant pour la période de sept ans.

La projection de la CRPM montre également que les disparités régionales au Royaume-Uni se creusent. Le montant de l’aide provenant de la Politique de cohésion varie considérablement d’une région à l’autre (fonds par habitant).

La différence entre Inner London, la région NUTS 2 britannique la plus riche avec un PIB régional moyen de 614% de la moyenne de l’UE, et West Wales and the Valleys, région la plus pauvre du Royaume-Uni avec un PIB régional de 68% de la moyenne européenne, est particulièrement saisissante et constitue un cas unique en Europe.

« Notre étude démontre clairement que le Brexit serait désastreux pour le développement régional des Régions britanniques. A la CRPM, nous restons aux côtés de nos membres britanniques et partageons leurs préoccupations sur les disparités régionales persistantes qui vont encore s’aggraver », a déclaré la Secrétaire générale de la CRPM, Eleni Marianou.

Lire l’étude de la CRPM « Le Royaume-Uni éligible à un financement régional de 13 milliards d’euros s’il reste dans l’UE. »

******

Notes aux éditeurs :

  • La CRPM a effectué une estimation de la part d’allocation prévisionnelle du Fonds européen de développement régional (FEDER) et du Fonds social européen plus (FSE+) pour le Royaume-Uni sur la période 2021-2027 si celui-ci reste membre de l’Union européenne.
  • Ces travaux s’appuient sur la méthode d’allocation du FEDER et le FSE pour la période après 2020 publiée le 29 mai 2018 par la Commission européenne (Annexe XXII du règlement portant dispositions communes – RPDC)
  • La CRPM est une organisation européenne qui représente les intérêts de 160 régions de 25 pays de l’Union européenne et au-delà. Les membres britanniques de la CRPM incluent le gouvernement gallois, plusieurs autorités locales en Ecosse, le Cornwall Council et le Southend-on-Sea Borough Council en Angleterre. Elle a mené cet exercice dans le contexte de l’incertitude du Brexit et s’inscrit dans le cadre d’un ensemble plus large de travaux menés par la CRPM sur les mécanismes de financement de la politique de cohésion pour comprendre l’impact des négociations au bénéfice de ses Membres.

 

Consulter l’étude (uniquement en anglais) de la CRPM pour en savoir plus.

 

2019-01-23T11:28:17+00:00