La Commission Arc Atlantique (CAA) prépare actuellement une déclaration politique sur la mise en œuvre de la stratégie atlantique. L’objectif est de contribuer à la révision à mi-parcours du plan d’action de la stratégie atlantique menée par la Commission européenne.

Lors d’une réunion à Bruxelles le 28 septembre, les régions de l’Arc Atlantique ont échangé leurs expériences en matière de mise en œuvre du plan d’action de la stratégie. Ces débats alimenteront la déclaration politique de la Commission Arc Atlantique qui sera transmise à la DG MARE.

La réunion a été suivie par un représentant de la Direction générale des affaires maritimes et de la pêche (DG MARE) de la Commission européenne, qui dirige la révision à mi-parcours du plan d’action de la stratégie atlantique.

Au cours de la réunion, la DG MARE a fait le point sur ses travaux concernant la révision à mi-parcours du plan d’action. Elle a lancé une consultation publique du 29 juin au 29 septembre 2017, visant à préparer une évaluation selon plusieurs critères : pertinence, efficacité, efficience et valeur ajoutée du plan d’action pour l’Atlantique.

La CAA a déjà apporté sa contribution à la révision en participant à la rédaction d’un avis du Comité européen des régions, ainsi qu’à un entretien mené par le cabinet consultatif chargé d’évaluer la mise en œuvre de la stratégie pour le compte de la Commission européenne.

Néanmoins, les régions de l’Arc Atlantique estiment que cette révision doit aller au-delà d’une évaluation quantitative et formuler des commentaires qualitatifs sur la mise en œuvre de la stratégie atlantique.

En résumé, les régions de l’Atlantique ont indiqué que la stratégie atlantique contribue à favoriser différentes stratégies maritimes pour leurs territoires, en fonction de leurs besoins. Certaines régions disposaient déjà d’une stratégie maritime avant la stratégie atlantique, tandis que d’autres ont connu un intérêt croissant pour les affaires maritimes, grâce aux actions européennes sur les stratégies de bassins maritimes.

Toutes les régions atlantiques ont souligné qu’il convient de développer une relation plus étroite entre la Commission européenne et les autorités de gestion, et d’améliorer la gouvernance du plan d’action afin de donner de la visibilité à la stratégie atlantique.

Comme cela a déjà été souligné dans la Déclaration finale de la CAA des Sables-d’Olonne, les régions de la CAA ont demandé un budget spécifique pour inciter les partenaires du projet à mettre en œuvre la stratégie, ainsi que pour faire de la stratégie de bassin maritime une stratégie macro-régionale.

Le Secrétariat de la CAA finalise actuellement sa contribution qui sera présentée lors de la séance plénière de la CAA, qui se tiendra lors de l’Assemblée générale de la CRPM les 19 et 20 octobre à Helsinki.